Quentin Montagne

Exposition présentée du 10 avril au 5 juin 2020

Rencontres avec l'artiste

Quentin Montagne propose deux ateliers, pouvant s'adapter aux élèves de la GS au lycée.

 

Le premier atelier est un travail autour de la paréidolie, une illusion faisant voir dans des nuages ou des rochers des formes d'animaux, de personnages, de plantes, etc. C'est un phénomène depuis longtemps étudié et apprécié par les artistes, à commencer par Léonard de Vinci qui conseille déjà de regarder "des murs souillés de beaucoup de taches ou faits de pierres multicolores avec l’idée d’imaginer quelque scène, [pour y trouver] par analogie des paysages au décor de montagnes, rivières, rochers, arbres, plaines et collines de toutes sortes [...] voir aussi des batailles et des figures aux gestes vifs et d’étranges visages et costumes et une infinité de choses". Cette technique d'imagination est également directement employée en psychologie par le fameux test de Rorschach pour lequel le patient doit "simplement" dire ce qu'il voit dans des taches d'encre.

C'est ce que Quentin Montagne propose aux élèves : voir des formes dans des taches et des empreintes qu'ils auront eux-mêmes réalisées. Par une suite de procédés plastiques différents (taches, coulures, lavis d'encre de Chine, monotype, frottage, etc.), ils seront invités à découvrir et dessiner les formes qu'ils imaginent librement avant que leurs dessins ne subissent encore d'autres transformations suivant d'autres protocoles (collage, découpage, agrandissement,...) selon la durée de l'atelier. Il s'agit d'une technique que l'artiste a beaucoup employée et qui lui a permis de développer les séries récentes au stylo Bic.

 

La seconde proposition d'atelier reste à développer suivant le niveau des classes. En revanche, elle est plus proche du projet que Quentin Montagne souhaite mener à L'aparté. Il s'agit tout simplement de produire une cabane à oiseaux. Cet atelier se double d'un travail de dessin (comme par exemple imaginer un oiseau géant sur le toit de L'aparté, à partir d'oiseaux pré-découpés dans des revues illustrées, comme pour ceux que l'artiste utilise en collage). Ces cabanes à oiseaux seraient en revanche éloignées du modèle classique en forme de chalet rustique. Elles seront en béton et réalisées par moulage, en forme de polyèdres à dix ou douze côtés, et dont le moule est facilement réalisable en carton épais.